Moto ou sidecar ?

cc0-public-domain-sidecarLe sidecar, un autre type de moto qui fait rêver ?

Sachez qu’il y a au moins 7000 personnes qui ont accomplit ce rêve. Et il n’est pas forcement nécessaire d’avoir le permis moto, on peut maintenant conduire un sidecar avec seulement le permis B auto dans certain cas.

Ce qui vient en tête quand l’on pense au side-car c’est le mot famille. En effet, la plus part des personnes qui en possède emmène leurs enfants partout ou ils vont. Cela préserve les enfants trop jeunes pour monter à moto tout en gardant les sensations de celle-ci. Les avantages de ce transport en commun sont la protection des passagers, emport de bagages et la sécurité. Du coup ceux qui regarde les motards de travers ne peuvent qu’apprécier les sidecaristes et ont donc une image favorable. Voici une petite présentation de ces engins peut commun.

L’envie de venir au sidecar.

Le side-car est différent de la moto. Même si certains motards croient que de part leur expérience il sera plus facile pour eux d’en conduire, ce n’est pas la vérité. De plus les nombreux accidents de sidecar confirmerait que même les motards les plus aguerri ne sont pas à l’abri. Le side-car permet d’avoir une autre approche de la moto. C’est donc pour cela que certaines association ou auto école propose des stages de conduite pour apprendre à maitrisé cet engin si particulier qui attise très souvent la curiosité des passants.

Assurance

Souvent les primes d’assurances des side-cars sont moins élevées que pour les motos simples. Cela est souvent dû à l’expérience du conducteur, à son âge ainsi que de sa situation familiale. Le side-car possède des pour et des contre. Les pour : il ne tombe pas à l’arrêt donc moins de risque, il ne va pas aussi vite qu’une moto solo et il est moins volé. Les contres : en cas d’accident les dommages ne seront pas moins cher, au contraire. Il faut donc se renseigné pour avoir le meilleur compromis possible. Il est possible cependant que certaine assurance soit plus chère pour une moto sans side-car.

Éléments de sécurité ; casque et ceinture

Certains sidecars prennent les avantages de sécurité en automobile, notamment les éléments passifs comme la ceinture de sécurité. Cependant le casque est obligatoire (dans la majorité des cas)  pour les personnes passagères. Mais cela est nuancée, en effet, un texte récent dit qu’un passager munit d’une ceinture homologué avec la fixation homologué n’est pas obligé de porter un casque. Certain side-car ne mette pas de ceinture de sécurité mais des ceintures de contentions. Dans ces cas là, le casque est obligatoire.

Direction

La direction assistée du side-car est la fourche à balancier. La chasse de la moto une fois augmenté permet de rendre la moto plus maniable. Mais on peut aussi agir la dessus avec une roue à balancier.

Spécificités techniques et entretien

Un side possède l’intérêt d’avoir des montes pneumatique automobiles a contrario d’une moto. Cependant du coté mécanique, l’entretient est plus cher. Devant le prix assez conséquent des motos a cadran pouvant accueillir un sidecar, la plus part vont vers de classique moto à chaine qui permet un choix infini de démultiplications. Le panier n’affecte pas la longévité de la moto. Pour les amoureux du cardan, un usage extrême peut fragiliser celui-ci, ce qui affecte sa fiabilité car il bouge sous les contraintes latérales inconnues en solo. Pour l’entretient, un side-car ayant un poids conséquent, réduira la durée de vie des plaquettes, chaines, roulements d’environ 10 a 12%. Il ne faut pas oublier de faire la vérification de l’huile assez régulièrement.

Histoire

Le side-car est apparut en France à la fin du 19eme siècle. A la base c’était un panier de rotin accroché à un vélo. Cependant, rares sont les modèles du siècle dernier. Très populaire dans l’entre deux guerre, le side-car est mobile. Il peut se mettre et s’enlever. C’est à la fin des années 80 que le side-car s’adapte aux normes des grand prix pour plus de sécurité sur la route. Aujourd’hui le side-car a subit des modifications comme le fait de ne plus supporter le poids sur le train avant sur le cadre de la machine mais plutôt sur un ensemble de caissons indépendant qui sont le vrai châssis de l’attelage. D’ailleurs la grande majorité des constructeurs ont adopté ce système. Maintenant le side-car possède un design homogène et non une impression d’un véhicule construit en deux parties.

Homologation

Pour avoir un side car, il faut d’abord savoir si la moto peut supporter une grande charge sur le côté. C’est pourquoi il faut se renseigner si le cadre de la moto peut supporter un panier. Si ce n’est pas le cas, il est possible de faire un deuxième cadre sur lequel fixer le panier. Avant d’atteler une moto, il faudra demander conseil a un importateur pour savoir si il accepte la transformation, pour après avoir une carte grise correspondant à votre véhicule. Si cela est faisable, un side basique attaché par 4 à 6 points fera l’affaire. Il faudra aussi passer par la DRIRE (les mines) locale si vous voulez conserver la marque de la moto sur le side-car.

Souvent certaines marques ne veulent que leurs motos soient attelées. Il est pourtant possible de contourner l’obstacle en réceptionnant l’attelage à titre isolé. Il faut alors rajouter un autre cadre qui encaissera les charges que la moto solo ne peut prendre. Cependant, le panier devient indissociable de la moto.

Une homologation coûte environ 150 €, certains départements ont l’homologation plus facile que d’autres, à voir avec le constructeur.

Intermédiaire

La conception des attelages de Dedôme viennent des Telelever des BMW. En effet, Dedôme à eu l’idée astucieuse de se situé dans une cour intermédiaire. En modifiant simplement le point d’axe de direction des BMW équipé de Telelever, on obtient une  très bonne qualité de fabrication qui est abordable. Pour finir, le rappel naturel du guidon des motos solo est conservé, ce qui n’est pas le cas des « multibras ». Cependant cette modification n’est pas irréversible. Comme la carte grise délivrée est «  solo/side », il y a toujours la possibilité de roulé avec la moto seule.

Coût

Un side-car est un investissement ? Il est possible de trouver en neuf des attelages simple à environ 14 000 euros. Le prix d’une moto seule vos globalement la moitié d’un side-car. En occasion ; on peut trouver des attelages à partir de 7000 euros. Il faut toujours être à l’affut des bonnes occasions pour trouver la perle rare.

Permis

En effet, il ne faut pas forcement le permis moto pour conduire certains side-cars. Avec le permis B auto, on peut conduire ceux qui sont homologués en tricycles. Si la puissance d’un side-car n’excède pas 15 kilowatts, que son poids à vide ne s’élève pas au dessus de 750 kg et qu’il soit non-dételable, il peut être homologué en tricycle à moteur. Cependant, ces side-car peuvent être conduit si le conducteur présumer est en possession du permis B auto sans forcement attendre les 2 ou 3 ans. Étonné ? Pourtant cela ce confirme avec l’article  R221-7 du code de la route. Il y a une condition : il ne faut pas que le side soit démontable. Même si le side-car ne requiert pas de permis spécifique, il est tout de même recommander de pratiquer un stage ou une initiation a son pilotage pour être plus en confiance sur les routes.

Roue directionnelle

Si en tournant à gauche la roue du side ne tourne pas, elle tire l’ensemble tout droit. Dans l’autre sens la force centrifuge fait décoller la roue du panier. Un peu effrayant, c’est pourquoi pour éviter cela, on met une roue directionnelle au panier. Elle permet de démultiplier le mouvement ce qui permet de réguler la direction. Le point de pivot à droite et d’appui à gauche se situe au niveau de cette roue. Cependant sur les mauvaises routes, la direction peut trembler un peu. Mais avec l’habitude et de l’entrainement cela ne pose plus de problème. Beaucoup de motard aguerrit sont d’accord pour dire qu’une roues directionnel et un plus !

Sport

Le side-car n’est pas que un véhicule de balade, en effet, une fois bien équiper, il rivalise largement avec une moto solo. S’il est surbaissé, on peut le comparer aux karts, mais s’il est surélevé avec deux roues motrices, il fait penser à un 4×4.

Tachymètre/totalisateur

Pour que le tachymètre et le totalisateur soit performant, il ne faut pas changer la taille des roues. Généralement quand on a des roues entre 13 ou 15 pouces, les informations que le tableau de bord vous donnera seront erronées. La vitesse et le kilométrage seront faussés. Au lieu de se lancer dans une opération de montage démontage de la moto, on peut utiliser un compteur style VTT. Cependant, des kits de démultiplication à courroies ou pignon sont proposés par certains constructeurs. Il faut alors les intercaler entre la prise et le câble compteur.